Si non venissem et locutus fuissem eis , peccatum non haberent ; nunc autem excusationem non habent de peccato suo.   1
  3 En tâtonnant   2 Toute Écriture   1 ( Jn 15,22 )
  6 Sens dessus dessous !   5 Nature dégradée   4 Sur les pas de Jésus !
  9 « Le poids de gloire »   8 Mon bien aimé !   7 2 fois le mal !
  12 Pourquoi avoir affligé votre serviteur ?   11 Prendre soin de sa foi   10 Ma grâce te suffit !
1     22 Si je n'étais pas venu , et que je ne leur eusse pas parlé , ils
n'auraient pas de péché ; mais maintenant ils n'ont
    aucune excuse pour leur péché.   [  Retour   ] « «   [ Eng   ]
  Jn 15,22

Toute Écriture ...

2     16 Toute écriture est inspirée de Dieu , et utile pour enseigner , pour convaincre , pour corriger , pour instruire dans la justice , 17 afin que l'homme de Dieu soit accompli et propre à toute bonne oeuvre. Retour   ]
  II Tim 3 , 16-17

En Tâtonnant ...

3     27 Il a voulu qu’ils cherchassent le Seigneur,
et qu’ils s’efforçassent de le trouver en tâtonnant,
bien qu’Il ne soit pas loin de chacun de nous ...
Actes 17, 27-28
28 car en lui nous avons la vie, le mouvement, et l’être ...   Retour   ] « «

Suivre Jésus !

  4   29 Pierre et les apôtres répondirent :  Il faut obéir à Dieu plutôt qu'aux hommes   30 Le Dieu de nos pères a ressuscité Jésus , que vous avez tué , en le pendant au bois. 31 Dieu l'a élevé par sa droite comme Prince et Sauveur , pour donner à Israël la repentance et le pardon des péchés. 32 Nous sommes témoins de ces choses, de même que le Saint-Esprit, que Dieu a donné à ceux qui lui obéissent.

33 Furieux de ces paroles, ils voulaient les faire mourir. 34 Mais un pharisien , nommé Gamaliel , docteur de la loi , estimé de tout le peuple , se leva dans le sanhédrin , et ordonna de faire sortir un instant les apôtres.

35 Puis il leur dit : " Hommes Israélites, prenez garde à ce que vous allez faire à l'égard de ces gens. 36 Car, il n'y a pas longtemps que parut Theudas, qui se donnait pour quelque chose, et auquel se rallièrent environ quatre cents hommes : il fut tué, et tous ceux qui l'avaient suivi furent mis en déroute et réduits à rien. 37 Après lui, parut Judas le Galiléen, à l'époque du recensement, et il attira du monde à son parti : il périt aussi, et tous ceux qui l'avaient suivi furent dispersés.

38 Et maintenant, je vous le dis ne vous occupez plus de ces hommes, et laissez-les aller. Si cette entreprise ou cette oeuvre vient des hommes, elle se détruira ; 39 mais si elle vient de Dieu, vous ne pourrez la détruire.  Ne courez pas le risque d'avoir combattu contre Dieu.  "

40 Ils se rangèrent à son avis. Et ayant appelé les apôtres, ils les firent battre de verges, ils leur défendirent de parler au nom de Jésus, et ils les relâchèrent. 41 Les apôtres se retirèrent de devant le sanhédrin, joyeux d'avoir été jugés dignes de subir des outrages pour le nom de Jésus.   Actes : 5 , 29 - 41
   [  Retour   ] « «



Nature dégradée

  5   En considérant la faiblesse de l'homme, la fragilité de sa vie, les souffrances dont il est assailli de toutes parts, les ténèbres de sa raison, les incertitudes de sa volonté « inclinée au mal dès l'enfance » , on s'étonne qu'un seul mouvement d'orgueil puisse s'élever dans une créature si misérable, et cependant l'orgueil est le fond même de notre nature dégradée.

Selon la pensée d'un Père, « il nous sépare de la sagesse, il fait que nous voulons être nous-mêmes notre bien, comme Dieu lui-même est son bien » tant il y a de folie dans le crime ! C'est alors que l'homme se recherche et s'admire dans tout ce qui le distingue des autres et l'agrandit à ses propres yeux, dans les avantages du corps, de l'esprit, de la naissance, de la fortune, de la grâce même, abusant ainsi à la fois des dons du Créateur et du Rédempteur.    [  Retour  ] « «

Oh ! que ce désordre est effrayant, et combien nous devons trembler lorsque nous découvrons en nous un sentiment de vaine complaisance, ou qu'il nous arrive de nous préférer à l'un de nos frères. Rappelons-nous souvent le pharisien de l'Evangile, sa fausse piété si contente d'elle-même et si coupable devant Dieu, son mépris pour le publicain « qui s'en alla justifié » à cause de l'humble aveu de sa misère, et disons au fond du coeur avec celui-ci : « Mon Dieu ! ayez pitié de moi pauvre pécheur. » Imm JC , 1,07 ; Abbé Félécité de Lamennais


Sans dessus dessous !

19 mai

  J’ai vu des esclaves sur des chevaux, et des princes marchant sur terre comme des esclaves. { #Ec 10:7 }  

  6   Les arrivistes usurpent fréquemment les places élevées. Tandis que les vrais grands dépérissent dans l’obscurité. Ceci est une énigme de la providence dont la solution, un jour, réjouira le coeur de l’homme droit ; mais il est un fait si commun, qu’aucun d’entre nous ne devrait murmurer si ce fait devait devenir un jour notre propre lot.

Quand notre Seigneur était sur la terre, quoiqu’il fut le prince des rois de la terre, pourtant il marcha sur le sentier de la lassitude et du service comme le serviteur des serviteurs : quoi d’étonnant si ses disciples, qui sont princes de par le sang, étaient aussi regardés de haut comme étant inférieurs et de méprisables personnes ? Le monde est sens dessus dessous, et c’est pourquoi les premiers sont les derniers, et les derniers les premiers.   Retour   ] « «

Voyez comment les fils serviles de Satan se donnent de l’importance sur la terre ! Quel cheval élevé ils montent ! Comment ils élèvent leur corne vers les hauteurs ! Haman est dans la cour royale, tandis que Mardochée est assis à la porte ; Élie gémit dans la caverne tandis que Jézabel se gonfle dans le palais ; David vagabonde de par les montagnes, tandis que Saül règne dans le pays. Pourtant qui souhaiterait prendre les places de ces rebelles orgueilleux ? Ou qui, d’une autre manière, n’envierait pas les saints méprisés ? Quand la roue tourne, ceux qui sont les plus bas s’élèvent, et les plus élevés sombrent. Patience, alors croyant, l’éternité donnera raison aux erreurs du temps.

Ne tombons pas dans l’erreur en permettant à nos passions et appétits charnels de dominer en triomphe, tandis que nos plus nobles puissances marcheraient dans la poussière. La grâce doit régner comme un prince, et faire des membres du Corps des instruments de justice. Le Saint-Esprit aime l’ordre, et c’est pourquoi mettons nos puissances et nos facultés dûment en leur rang et place, donnant la place la plus élevée à ces facultés spirituelles qui nous lient au grand Roi ; ne dérangeons pas le plan divin, mais demandons que par la grâce nous puissions tenir assujetti notre corps et l’amener à la soumission. Nous n’avons pas été créés pour permettre à nos passions de régner sur nous ; mais que nous, comme rois, puissions régner en Jésus-Christ à travers le triple Royaume de l’Esprit, de l’âme, et du corps, à la gloire de Dieu le Père.

#1Ch 24:1-26:32 * Lecture Quotidienne de la Bible



Deux fois le mal !

04 mai


  L’homme peut-il se faire des dieux, qui ne sont pas des dieux ? { #Jér 16:20 } 

  7   Un grand péché qui assaillait l’Israël de l’ancienne alliance était l’idolâtrie, et l’Israël spirituel est aussi tourmenté par sa tendance à la même folie. L’étoile de Remphan ne brille plus, et les femmes ne pleurent plus sur Tamuz, mais Ammon introduit encore son veau d’or, et les autels de l’orgueil ne sont pas abandonnés.

« Le moi sous différentes formes combat pour mettre sous sa domination les élus, et la chair bâtit des autels partout où elle trouve de la place pour eux. » Les enfants favoris sont souvent la cause de beaucoup de péchés chez les croyants ; le Seigneur est attristé quand il nous voit les idolâtrer ( Ibid 1 ) au delà de toute mesure ( *** ) . Ils vivront pour être une aussi grande malédiction pour nous qu’Absalom le fût pour David, ou bien ils seront retirés du milieu de nous pour laisser nos maisons désolées. « Si les chrétiens désirent que les épines croissent pour bourrer leurs oreillers d’insomnie, qu’ils s’appuient sur leurs chères idoles. »

Il est vraiment dit   « qu’ils ne sont pas des dieux »  , car les objets de notre amour insensé sont des bénédictions douteuses, le soulagement qu’ils nous produisent maintenant sont dangereux, et le secours qu’ils nous apportent dans cette heure de détresse est vraiment peu de chose. « Pourquoi alors sommes-nous si ensorcelés par les vanités ? « « «

Nous plaignons le pauvre pécheur qui adore un dieu de pierre, et pourtant nous adorons un dieu d’or. Où est la grande supériorité entre un dieu de chair et un dieu de bois ? Le principe, le péché, la folie sont les mêmes dans un cas comme dans l’autre, sauf que dans le nôtre, le crime est plus coupable parce que nous avons plus de lumière, et péchons en connaissance de cause.

Le pécheur s’incline devant une fausse divinité,    [  Retour   ] « «
mais il n’a jamais connu le vrai Dieu ;
nous commettons deux fois le mal, pour autant que nous abandonnons
 « le Dieu vivant »  pour nous tourner vers les idoles.

Puisse le Seigneur nous purifier tous de cette lamentable iniquité !
La plus chère idole que j’ai connue
Où qu’elle puisse être ;
Aide-moi à l’arracher de ton trône,
Et à t’adorer toi seulement ...
#2R 9:1-10:36 * Lecture Quotidienne de la Bible

( 1 ) Dict ... idolâtrer : ( gr eidôlon, image ) Image ou représentation d'une divinité qui est l'objet d'un culte d'adoration; raffoler d'une chose à un degré qui s'apparente à la folie. Elle idolâtre ses filles, ses consoeurs.

20 mars

Mon bien aimé !


  8
 C’était un nom d’or que l’ancienne Église dans ses plus sublimes moments de joie avait coutume de donner à l’oint de l’Éternel. Quand pour les oiseaux le temps était venu de chanter, et que la voix de la tourterelle était entendue dans son pays, sa note d’amour était plus douce que tout autre, lorsqu’elle chantait   « Mon bien aimé » est mien et je suis sien : il nourrit parmi les lis. Toujours dans son cantique des cantiques elle l’appelle par ce nom délicieux, « Mon bien aimé » !

Même durant le long hiver, quand l’idolâtrie avait desséché le jardin du Seigneur, ses prophètes trouvèrent du temps pour mettre de côté le fardeau du Seigneur, pour une courte saison, et pour dire comme Ésaïe le fit : « Je chanterai un cantique à mon bien aimé sur sa vigne ». Quoique les Saints n’aient jamais vu sa face, quoiqu’il ne fut pas encore fait chair, et n’avait pas habité parmi nous, ni que personne n’ait contemplé sa gloire, pourtant il était déjà la consolation d’Israël, l’espérance et la joie de tous les élus, le « Bien aimé » de tous ceux qui étaient debout devant le Tout puissant.

Nous, dans les jours de l’été de l’Église avons aussi coutume de parler de Christ comme étant le meilleur bien aimé de notre âme, et de ressentir qu’il est très précieux, le plus beau d’entre dix mille, entièrement aimable. C’est vrai que l’Église aime Jésus, et le proclame comme étant son bien aimé, et l’apôtre ose défier l’univers entier de le séparer de l’amour de Christ, et il déclare que ni les persécutions, ni la détresse, ni l’affliction, le péril ou l’épée n’ont été capables de le faire. Il se glorifie joyeusement, dans le Seigneur, « Qu’en toutes ces choses nous sommes plus que vainqueurs par celui qui nous a aimés ».

Ô que nous te connaissions mieux, toi précieux Jésus !
Ma seule possession c’est ton amour ;
   [  Retour   ] « « Sur la terre ici bas, ou là-haut dans les cieux
Je n’ai pas d’autre ressource ;
Et quoique avec une fervente persévérance je prie ...
Et t’importune jour après jour,
#Jos 20:1-21:45 * Lecture Quotidienne de la Bible Je ne te demande rien de plus.



« Le poids de gloire »

  9   CONCLUSION : C.S. Lewis termine le plus grand sermon que j'ai jamais lu en dehors de la Bible, « Le poids de gloire », en disant : « Après le saint sacrement, votre prochain est le plus sacré que vos sens puissent percevoir. » Car, disait-il, le Christ se cache véritablement dans les deux.



Ma grâce te suffit !

04 mars


  10
 Si aucun des Saints de Dieu n’était pauvre ou éprouvé, nous ne connaîtrions pas la moitié des consolations de la Grâce divine. Quand nous trouvons le vagabond qui n’a pas où reposer sa tête, silencieux, demeurons confiants.
Quand nous voyons l’indigent affamé de pain et assoiffé d’eau, qui se glorifie encore en Jésus, quand nous voyons la veuve privée, accablée, dans l’affliction et ayant encore foi en Christ, oh ! quel honneur cela reflète sur l’Évangile.
« La grâce de Dieu est illustrée et magnifiée dans la pauvreté et les épreuves des croyants. « « «

Les Saints souffrent sous chaque découragement, croyant que toutes choses concourent ensemble à leur bien, et que, loin de toute apparence négative, une réelle bénédiction de plénitude en jaillira, que leur Dieu ou bien oeuvrera promptement pour leur délivrance, ou bien leur accordera la sécurité de Son soutien dans leur malheur, aussi longtemps qu’Il lui plaira de les garder.
Cette patience des saints prouve la puissance de la grâce divine.    [  Retour   ] « «

Il y a un phare au large en mer ; c’est une nuit calme. Je ne peux pas dire si l’édifice est ferme. La tempête se jettera contre lui et alors je saurai s’il tient bon. Il en est ainsi avec l’oeuvre de l’Esprit. Si nous n’étions pas à plusieurs reprises entourés de mers déchaînées, nous ne saurions pas s’il est vrai et fort. Si le vent ne soufflait pas dessus, nous ne saurions pas combien il est solide et sécurisant.

La fierté de Dieu, ce sont ceux qui tiennent bon au milieu des difficultés, fermes, immuables. Le sage au milieu du trouble est confiant en la victoire. Quiconque veut glorifier son Dieu doit s’attendre à rencontrer plusieurs épreuves.
Personne ne peut s’illustrer devant le Seigneur à moins que ses conflits ne soient nombreux.
Si alors les vôtres sont un sentier durement éprouvé, réjouissez-vous-en, parce que vous voulez la meilleure démonstration de  la toute suffisance de la grâce de Dieu. Quant au fait qu’il vous fasse défaut, repoussez-en la pensée. Il faut que nous puissions mettre notre confiance jusqu’à la fin dans ce Dieu qui ne nous a jamais fait défaut.

#2Co 12,9 * Lecture Quotidienne de la Bible

Fort dans la foi

19 mars


  11
 Chrétien, prends bien soin de ta foi ; car souviens-toi que la foi est l’unique chemin par lequel tu peux obtenir les bénédictions. Si nous désirons les bénédictions de Dieu, rien ne peut les faire venir que la foi. La prière ne peut pas amener de réponses d’en haut, du trône de Dieu, excepté la prière fervente de l’homme qui croit.

La foi est le messager angélique entre l’âme et le Seigneur Jésus dans la gloire. En permettant que l’ange se retire, nous ne pouvons ni envoyer de prière, ni recevoir les réponses, mais alors que nous sommes encore en train de parler Il nous écoute. Mais si le fil télégraphique de la foi est coupé, comment pouvons-nous recevoir la promesse ? Suis-je dans le trouble ? Je peux obtenir du secours pour en sortir par la foi. Suis-je battu par l’ennemi ? Mon âme s’appuie par la foi sur Son cher refuge. [ Mais en ôtant la foi, c’est en vain alors que j’appelle Dieu. Il n’y a pas de route entre mon âme et le ciel. ] Passant par le plus sombre et profond temps de l’hiver la foi est une route sur laquelle les chevaux de la prière peuvent passer ; mais bloquez la route, et comment allons-nous communiquer avec le grand Roi ?   [  Retour   ] « « ( Eng )

[ La foi me lie à la Divinité. La foi me revêt de la puissance de Dieu. La foi engage de mon côté l’omnipotence de l’Éternel. La foi m’assure chaque attribut de Dieu dans ma défense. Elle m’aide pour défier les esprits diaboliques de l’enfer. Elle me fait marcher triomphant sur le cou de mes ennemis. Mais sans la foi comment puis-je recevoir quelque chose du Seigneur ?]

( 5 Si quelqu’un d’entre vous manque de sagesse, qu’il la demande à Dieu, qui donne à tous simplement et sans reproche, et elle lui sera donnée. 6 Mais qu’il demande avec foi, sans douter ; car celui qui doute est semblable au flot de la mer, agité par le vent et poussé de côté et d’autre. 7 Qu’un tel homme ne s’imagine pas qu’il recevra quelque chose du Seigneur : 8 c’est un homme irrésolu, inconstant dans toutes ses voies.    Jc 1,5-8  )   Ô, alors Chrétien, veille bien sur ta foi, car avec elle tu peux tout gagner, même si tu es pauvre, mais sans elle tu ne peux rien obtenir.    « Si tu peux croire, toutes choses sont possibles à celui qui croit ».

06 [Sans la foi il est impossible de lui être agréable ;
   car il faut que celui qui s’approche de Dieu croit que Dieu existe,
   et qu’il est le rémunérateur de ceux qui le cherchent]
  Heb 11,6
#Jos 17:1-19:51 * Lecture Quotidienne de la Bible

Affliger son serviteur ?

Le 07 Oct - Matin


  12   Notre Père céleste nous envoie des troubles fréquents dans le but de tester notre foi. Si notre foi a quelque valeur, elle résistera à l'épreuve.La culpabilité a peur du feu, mais non pas l'or : Le joyau brut redoute le diamant, mais le vrai bijou ne craint pas l'épreuve. C'est une foi pauvre qui ne sait faire confiance à Dieu que quand les amis sont vrais, le corps plein de santé et les affaires rentables ; mais la vraie foi se maintient dans la fidélité au Seigneur, lorsque les amis sont partis, quand le corps est malade, quand les esprits sont déprimés, et la lumière du visage de notre père céleste est cachée.   Une foi qui peut dire, au plus fort de la tempêtre, * devrais-je y laisser la vie, je garderai confiance en lui, * est une foi qui vient d'en-haut. 

Le Seigneur afflige ses serviteurs pour sa propre gloire, car il est grandement glorifié dans les grâces de son peuple, qui est son propre ouvrage. Lorsque * la tribulation engendre la patience ; la patience, l'expérience ; et l'expérience, l'espoir, * le Seigneur est honoré dans ces vertus croissantes.

Nous ne connaitrions jamais la musique de la harpe si les cordes n'étaient pas touchées ; ni déguster le jus du raisin, si il n'était d'abord foulé dans la cuve à vin ; ni découvrir le doux parfum de la cannelle, si il n'était pas pressé et battu ; ni sentir la chaleur du feu si les charbons n'étaient pas totalement consummés. La sagesse et la puissance du Grand Ouvrier s'expriment dans les épreuves par lesquels ses vases de miséricorde sont autorisés à passer. Les afflictions présentes tendent aussi à accentuer les joies à venir. Il doit y avoir des ombres dans l'image pour faire ressortir la beauté des lumières. Pourrions-nous être si suprêmement bénis dans le ciel, si nous n'avions pas connu la malédiction du péché et les tristesses de la terre ? La paix n'est-elle pas plus douce après un conflit et le repos plus apprécié après le labeur ? La mémoire des souffrances passées n'augmentera-t-elle pas la félicité du glorifié ?

Il existe de nombreuses autres réponses réconfortantes à la question avec laquelle nous avons ouvert cette brève méditation , aventurons-nous y tout au long de la journée.

#Mt 15:1-17:27 * Lecture Quotidienne de la Bible